Nécessité de mourir pour renaitre à une nouvelle vie …

J’aime beaucoup ce magnifique court métrage (The End de Maxime Leduc, Michel Samreth, Martin Ruyant, merci à vous trois !)

Il se laisse aller à suivre son intuition quand l’oiseau arrive. Il n’est pas dans ce que la société attend de lui et est condamné à être brûlé vif. L’oiseau le sauve en le déstructurant et en le recréant nouveau dans un environnement différent.

L’oiseau respecte l’épouvantail, dans ce qu’il est, il l’aide juste à se repositionner différent dans un environnement différent. Moi j’y vois pour une part une allégorie de mon métier d’accompagnement en coaching et en médiation.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *